L’effet de surjustification

L’étude du marqueur de feutre

L’effet de surjustification se produit lorsqu’un incitatif externe, comme une récompense, diminue la motivation intrinsèque d’une personne à accomplir une tâche particulière. Lepper, Greene et Nisbett ont confirmé cela dans leur expérience sur le terrain dans une école maternelle.

Lorsque nous faisons une certaine tâche, il existe deux types de motivation: intrinsèque et extrinsèque. Elle peut être l’un ou l’autre, ou les deux à la fois, selon ce qui cause ou donne à la personne l’envie de faire une tâche particulière.

Lepper, Greene et Nisbett effectuent une activité pour savoir si donner des récompenses, qui est une forme de motivation extrinsèque, diminue la motivation intrinsèque d’une personne.

La prédominance de la motivation extrinsèque (la motivation à effectuer une activité car elle conduit à autre chose, comme l’obtention de récompenses et de bénéfices), par rapport à la motivation intrinsèque (le désir d’exercer une activité du fait du plaisir ressenti à effectuer l’activité elle-même), est à la base de l’effet de surjustification.

Pour définir le phénomène, l’effet de surjustification se produit lorsqu’un incitatif externe, comme l’argent ou les prix, diminue la motivation intrinsèque d’une personne pour accomplir une tâche.

Ce qui sera plus important pour la personne est l’incitation qu’ils reçoivent, au lieu de la jouissance et la satisfaction qu’ils obtiennent lorsqu’ils effectuent l’activité. Il y aura un changement de motivation pour les facteurs extrinsèques et un affaiblissement de la motivation intrinsèque préexistante.

Énoncé du problème

Le problème provient de la théorie de Deci qui a conduit à l’hypothèse qu’une fois qu’une activité est associée à une récompense externe, une personne sera moins intéressée ou encline à participer à l’activité à l’avenir en raison de l’absence d’incitation.

Méthodologie

Les chercheurs sont allés à une école maternelle et ont observé l’intérêt intrinsèque des enfants dans diverses activités scolaires. On a fait jouer et dessiner des enfants de 3 à 5 ans en utilisant des stylos à feutre, et ils ont été en même temps placés dans une de ces trois conditions pour l’expérience :

  • Première condition: condition de récompense attendue

    Dans cette condition, on a promis aux enfants qu’ils recevraient un ruban «Bon Joueur» pour avoir participé à l’activité où ils dessineraient avec des feutres. Notez que les enfants avaient déjà pu faire cette activité avant, avec un intérêt intrinsèque pur.
  • Deuxième condition: condition de récompense inattendue
    Dans cette condition, les enfants n’ont pas été informés de la récompense qu’ils obtiendraient jusqu’à ce qu’ils aient terminé l’activité.
  • Troisième condition: condition de non-récompense
    Enfin, dans cette troisième condition, les enfants n’ont pas été informés qu’ils recevraient, et n’ont reçu aucune récompense. Ce groupe d’enfants a servi de groupe témoin, car les récompenses extrinsèques n’étaient impliquées ni avant ni après ladite activité.

Plus tard, les enfants ont de nouveau été observés dans un cadre de jeu gratuit pour savoir s’il y avait une différence significative dans le nombre d’enfants participant à la même activité, cette fois-ci, sans aucune promesse de récompense.

Résultats

Les chercheurs ont découvert que les enfants à qui on a promis d’obtenir une récompense lors de la première partie de l’expérience ont beaucoup moins joué avec leurs feutres.

Conformément à l’ hypothèse de l’effet de surjustification, les enfants dans la condition de récompense attendue ont sensiblement perdu de l’intérêt pour leurs activités avec l’introduction des récompenses.

Cependant, il n’y avait aucun changement dans l’intérêt du groupe qui a reçu la récompense de façon inattendue puisque ces enfants ne connaissaient pas la récompense avant d’avoir effectué l’activité, et ont donc attribué leur comportement à la jouissance de l’activité. De manière cohérente, ceux qui n’ont pas reçu de récompense n’ont pas non pas changé de comportement.

Conclusion

L’expérience a prouvé que l’intérêt d’un individu pour une activité diminuera très probablement si on l’incite à s’engager dans l’activité pour un objectif explicitement extrinsèque.

Lepper, Greene et Nisbett sont parvenus à la conclusion que les récompenses prévues compromettent la motivation intrinsèque des personnes pour des activités qu’elles jugeaient antérieurement comme intéressantes.

Application

Les résultats des chercheurs sont importants surtout pour les parents et les éducateurs, lorsqu’il s’agit d’instaurer une motivation  à des enfants. Ils devraient s’appuyer sur la motivation intrinsèque et préserver autant que possible les sentiments d’autonomie et de compétence.

En ce qui concerne les tâches qui sont indésirables ou quelque chose qui ne vaut pas la peine, quand la motivation intrinsèque est insuffisante, c’est à ces moments que la motivation extrinsèque peut être introduite.

En conclusion, lorsque le contrôle est imposé aux individus en leur offrant des récompenses et des incitations, l’effet à long terme de cette pratique sera une perte de motivation intrinsèque suivie d’une baisse de performance. C’est applicable dans le cadre d’une classe, une équipe sportive, et d’autres environnements. Nous devons rappeler que lorsque il y a incitation par les récompenses nous envisageons probablement le risque de perte de la jouissance de l’activité pour elle-même.

 

Traduit de explorable.com